English | Русский

I. GENERALITÉS


1. Balisage des voies navigables

La voie navigable, le chenal ainsi que les points dangereux et les obstacles ne sont pas toujours balisés.

Les signaux de la voie navigable doivent être ancrés à une distance d’environ 5 metres des limites qu’ils indiquent.

Les épis et les hauts-fonds peuvent être signalés au moyen de balises fixes ou de bouées. Ces balises et ces bouées sont généralement placées en bordure des épis et des hauts-fonds ou devant eux.

Il faut se tenir à une distance suffisante des balises et des bouées pour éviter le risque de toucher le fond ou de heurter un obstacle.


2. Définitions

Feu : feu caractéristique servant au balisage.

Feu fixe : feu donnant une lumière ininterrompue dont l’intensité et la couleur restent constantes.

Feu rythmé : feu présentant une succession caractéristique et périodiquement répétée de temps de lumière et d’obscurité, et dont l’intensité et la couleur restent constantes.


3. Rythme des feux


Examples :


Feu à occultations régulières

 

Feu à occultations groupées

Feu isophase

 

Feu à éclats réguliers

Feu à éclats groupés

 

Feu à éclats diversement groupés

Feu scintillant continu ou

feu scintillant rapide contin

 


Feu à scintillements groupés ou


feu à scintillements rapides groupés[10]

 


II. BALISAGE DES LIMITES DU CHENAL DANS LA VOIE NAVIGABLE

1. Côté droit du chenal

1.A Bouée avec feu

1.B Bouée sans feu

1.C Flotteur avec voyant

1.D Espar

(fig. 1)

Couleur : rouge

Forme : bouée cylindrique ou bouée avec voyant ou espar

Feu (le cas échéant) : feu rouge rythmé

En général avec réflecteur radar.


 

2. Côté gauche du chenal

2.A Bouée avec feu

2.B Bouée sans feu


2.C Flotteur avec voyant


2.D Espar

(fig. 2)

Couleur : vert

Forme : bouée conique ou bouée avec voyant ou espar

Voyant (le cas échéant) : cône vert, pointe en haut

Feu (le cas échéant) : feu vert rythmé

En général avec réflecteur radar.

 

3.       Bifurcation du chenal

3.A Bouée avec feu

3.B Bouée sans feu

3.C Flotteur avec voyant

3.D Espar

(fig. 3)

Couleur : à bandes horizontales rouges et vertes

Forme : bouée sphérique ou bouée avec voyant ou espar

Voyant (le cas échéant) : sphère à bandes horizontales rouges et vertes

Feu (le cas échéant) : feu blanc scintillant continu ou feu blanc isophase (éventuellement à éclats groupés par trois)

En général avec réflecteur radar.

 


Le cas échéant, un voyant cylindrique rouge ou un voyant conique vert placé au-dessus de la marque de bifurcation indique de quel côté il est préférable de passer (chenal principal).

La marque porte alors selon le cas un feu rouge rythmé ou un feu vert rythmé.

3.E

3.E1

3.F

3.F1

(fig. 4)

4.      Chenal longeant une zone de stationnement

Une lettre «P» peinte en blanc sur les bouées décrites aux paragraphes 1 et 2 indique que le chenal longe une zone de stationnement. Si les bouées portant la lettre «P» sont dotées d'un feu, le rythme de ce feu est différent de celui des feux des autres bouées mouillées à la limite du chenal.

Exemple :

                       Côté droit du chenal                                        Côté gauche du chenal


III. BALISAGE À TERRE (signaux côtiers) INDIQUANT LA POSITION DU CHENAL

A. Balisage à terre (SIGNAUX CÔTIERS) indiquant la position du chenal navigable par rapport aux rives

Ces signaux indiquent la position du chenal par rapport à la rive et, avec les signaux installés sur la voie navigable, balisent le chenal aux endroits où celui-ci s'approche d'une rive ; ils servent aussi de points de repère.

1. Chenal proche de la rive droite

4.A Avec feu

4.B Sans feu

(fig. 5)

Couleur : rouge/blanc

Forme : poteau avec voyant

Voyant : panneau carré (ayant ses côtés horizontaux et verticaux) rouge avec deux bandes horizontales blanches

Feu (le cas échéant) : feu rouge rythmé.

2. Chenal proche de la rive gauche

5 .A Avec feu


5.B Sans feu

(fig. 6)



Couleur : vert/blanc

Forme : poteau avec voyant

Voyant : panneau carré (ayant ses diagonales horizontales et verticales) peint en vert pour la moitié supérieure et en blanc pour la moitié inférieure

Feu (le cas échéant) : feu vert rythmé.

 


3. Utilisation des signaux côtiers

(fig. 7)



Couleur : jaune/noir

Forme : poteau avec voyant

Voyant : panneau carré jaune (ayant ses côtés horizontaux et verticaux), avec une bande centrale verticale noire

Feu (le cas échéant) : feu jaune à éclats ou à occultations, à caractéristique paire – à l'exception du rythme à éclats groupés par deux

Couleur : jaune/noir

Forme : poteau avec voyant

Voyant : panneau carré jaune (ayant ses côtés horizontaux et verticaux), avec une bande centrale verticale noire

Feu (le cas échéant) : feu jaune à éclats ou à occultations, à caractéristique paire – à l'exception du rythme à éclats groupés par deux.

 

2. Rive gauche

5.C Avec feu

5.D Sans feu

(fig. 9)

Couleur : jaune/noir

Forme : poteau avec voyant

Voyant : panneau carré jaune (ayant ses diagonales horizontales et verticales) avec une bande centrale verticale noire

Feu (le cas échéant) : feu jaune à éclats ou à occultations, à caractéristique impaire – à l'exception du rythme à éclats groupés par trois.

 


3.Utilisation des signaux côtiers

3.1 Simple indication d'une traversée

(fig. 10)


3.2 Indication de l'axe d'une longue traversée

Deux signaux identiques, placés sur la même rive l'un derrière l'autre, le premier étant situé plus bas que le second, forment un alignement marquant l'axe d'une longue traversée.

Feux (le cas échéant) : jaunes (le feu antérieur et le feu postérieur ont généralement le même rythme ; toutefois, le feu postérieur peut être fixe).

(fig.11)


IV. BALISAGE DES POINTS DANGEREUX ET DES OBSTACLES

A. Balises fixes

1.

Côté droit

Couleur : rouge
Forme : poteau avec voyant
Voyant : cône rouge, pointe en bas
Feu (le cas échéant) : feu rouge rythmé.

 

4.F

(fig. 12)

2.

Côté gauche

Couleur : vert
Forme : poteau avec voyant
Voyant : cône vert, pointe en haut
Feu (le cas échéant) : feu vert rythmé.

5.F

(fig. 13)

3.

Bifurcation

Couleur : rouge/vert
Forme : poteau avec voyant
Voyant : cône rouge, pointe en bas au-dessus d'un cône vert, pointe en haut
Feu (le cas échéant) : feu blanc scintillant continu ou feu blanc isophase (éventuellement à éclats groupés par trois)


Les cônes ci-contre peuvent être remplacés par des panneaux triangulaires avec fond blanc et bordure rouge ou verte.


 

6.A

6.B

(fig. 14)

4.

Dérivations, embouchures et entrées de ports

Aux abords de dérivations, d'embouchures et d'entrées de ports, les protections des berges des deux côtés de la voie navigable peuvent être signalée jusqu'à la pointe du môle de séparation par les balises fixes visées aux points 1 et 2, figures 12 et 13. La navigation entrant dans le port est considérée comme montante.


B. Balises flottantes

1.


Côté droit

Couleur : bandes horizontales rouges et blanches
Forme : bouée-espar ou espar
Voyant : cylindre rouge
Feu (le cas échéant) : feu rouge rythmé

En général avec réflecteur radar.

1.F1

1.F


(fig. 15)

2.

Côté gauche

Couleur : bandes horizontales vertes et blanches
Forme : bouée-espar ou espar
Voyant : cône vert, pointe en haut
Feu (le cas échéant) : feu vert rythmé

En général avec réflecteur radar.

2.F1

2.F


(fig. 16)

Exemple d'application du balisage des parties II et IV 

(fig. 17)


IV bis. AUTRES POSSIBILITÉS DE BALISAGE DES POINTS DANGEREUX ET DES OBSTACLES DANS LA VOIE NAVIGABLE

A. Passage autorisé du côté libre sans réduction de la vitesse

De nuit

De jour

Côté interditCôté interdit

un feu rouge

signal d’interdiction A.1



ou

un ballon rouge

Côté libre

Côté libre

deux feux verts superposés

signal d’autorisation E.1



ou

deux bicônes verts superposés

(fig. 17 bis)

Exemple :

De nuit

De jour




(fig. 17 ter)


B. Passage autorisé du côté libre à vitesse réduite (éviterde créer des remouss)

De nuit

De jour

Côté interditCôté interdit

un feu rouge

un pavillon rouge

ou panneau rouge

Côté libre

Côté libre

un feu rouge au-dessus

d’un feu blanc

un pavillon ou panneau rouge
au-dessus d’un pavillon

ou panneau blanc

(fig. 17 quater)

Exemple :

De nuit

De jour



(fig. 17 quinquies)

V. BALISAGE SUPPLÉMENTAIRE POUR LA NAVIGATION AU RADAR

A. BALISAGE DES PILES DE PONT (LE CAS ÉCHÉANT)

1.



Flotteurs jaunes avec réflecteurs radar (placés à l'amont et à l'aval des piles)

8.C                                                                                                                       8.C1


(fig. 18)

2.

Perche avec réflecteur radar à l'amont et à l'aval des piles de pont

8.C2

(fig. 19)

B.      BALISAGE DES LIGNES AÉRIENNES (LE CAS ÉCHÉANT)

1.

Réflecteurs radar fixés sur la ligne aérienne (donnant comme image radar une série de points pour identifier la ligne aérienne)

8.C3

(fig. 20)

2.

Réflecteurs radar placés sur des flotteurs jaunes disposés par paire près de chaque rive (chaque paire donnant comme image radar deux points l'un à côté de l'autre pour identifier la ligne aérienne)

8.C4

(fig. 21)


VI. BALISAGE SUPPLEMENTAIRE DES LACS ET VOIES NAVIGABLES DE GRANDE LARGEUR

A. BALISAGE DES POINTS DANGEREUX, DES OBSTACLES ET DES CONFIGURATIONS PARTICULIÈRES

1. Balisage par marques cardinales

Définition des quadrants et des marques

Les quatre quadrants (Nord, Est, Sud et Ouest) sont limités par les relèvements vrais NO-NE, NE-SE, SE-SO, SO-NO dont l’origine est le point d’intérêt.

Une marque cardinale reçoit le nom du quadrant dans lequel elle est placée.

Le nom d’une marque cardinale indique qu’il convient de passer, par rapport à la marque, dans le quadrant qui porte ce nom.

Description des marques cardinales (fig.22)

Marque du quadrant Nord

Marque du quadrant Est

Couleur : noir au-dessus de jaune

Forme : charpente ou espar, avec voyant

Voyant : deux cônes noirs superposés, pointes en haut

Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : scintillant rapide continu, ou scintillant continu


Couleur : noir avec une seule large bande horizontale jaune

Forme : charpente ou espar, avec voyant

Voyant : deux cônes noirs superposés, opposés par la base

Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : à scintillements rapides groupés par trois, ou scintillements groupés par trois

Marque du quadrant Sud

Marque du quadrant Ouest

Couleur : jaune au-dessus de noir

Forme : charpente ou espar, avec voyant

Voyant : deux cônes noirs superposés, pointes en bas

Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : à scintillements rapides groupés par six suivis d'un éclat long d'au moins 2 s ou à scintillements groupés par six suivis d'un éclat long d'au moins 2 s

Couleur : jaune avec une seule bande horizontale noire

Forme : charpente ou espar, avec voyant

Voyant : deux cônes noirs superposés, opposés par la pointe

Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : à scintillements rapides groupés par neuf, ou scintillements groupés par neuf

2. Balisage par marque de danger isolé

Une marque de danger isolé est une marque érigée sur un danger isolé entouré d'eaux saines, ou mouillée à l'aplomb d'un tel danger.

Couleur : noir, avec une ou plusieurs larges bandes horizontales rouges

Forme : quelconque (généralement charpente ou espar), avec voyant

Voyant : deux sphères noires superposées

Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : à éclats groupés par deux


8.D


8.D1

(fig. 23)

3. Balisage des nouveaux dangers

Le terme « nouveau danger » désigne les dangers découverts récemment, qui ne figurent pas encore dans les documents nautiques. Il peut s’agir aussi bien d’obstacles naturels, tels que des bancs de sable ou des rochers, que de dangers d’origine anthropique, tels que des épaves.

Couleur :      Bandes verticales bleues et jaunes de mêmes dimensions (au minimum 4 bandes et au maximum 8)

Forme : Charpente ou espar

Voyant (le cas échéant) :
           Croix jaune verticale ou perpendiculaire

Feu (le cas échéant) :

Couleur :      Jaune/bleu en alternance

Rythme :      Une seconde de feu bleu et une seconde feu jaune séparées par 0,5 seconde d’obscurité.

   

                     8.G                            8.G1

                         (fig 23 bis)


B. Balisage des axes des chenaux, des milieux de chenal et des atterrissages

Balisage par marque d'eaux saines

Couleur : bandes verticales rouges et blanches
Forme : bouée sphérique, ou charpente ou espar avec voyant
Voyant (le cas échéant) : une seule sphère rouge
Feu (le cas échéant) :

Couleur : blanc

Rythme : isophase, à occultations régulières, à un éclat long toutes les 10 s ou lettre A de l'alphabet morse

8.E

8.E1

8.E2

(fig. 24)

C. Signalisation météorologique sur les lacs

Avis de prudence

Un feu jaune émettant environ 40 éclats par minute constitue un avis de prudence.

L’avis de prudence informe de l’arrivée probable de phénomènes dangereux sans indiquer l’heure précise.


Avis de danger

Un feu jaune émettant environ 90 éclats par minute constitue un avis de danger.

L’avis de danger informe de l’arrivée imminente de phénomènes dangereux.


VII. BALISAGE DES ZONES INTERDITES OU RÉGLEMENTÉES

  1. Marques spéciales

Les marques n’ayant pas principalement pour objet d’aider la navigation, mais qui indiquent une zone spéciale ou des caractéristiques visées dans les documents appropriés, tels que les marques de zone de manœuvres militaires, de zone de loisirs.

Couleur : jaune

Forme :        facultative, mais non contradictoire avec des marques de navigation

Voyant (le cas échéant) : un seul feu jaune en forme de « X » :

Couleur : jaune

Rythme : quelconque, mais différent de ceux décrits  à la partie VI ci-dessus.





8.F




8.F1

2. La nature de l'interdiction ou de la réglementation est, autant que possible, précisée par des documents écrits (carte par exemple) et par des indications sur place.

Les indications données sur place peuvent être portées par les bouées jaunes. Elles peuvent être également données par des voyants surmontant ces bouées à la place de l'éventuel voyant prévu ci-dessus. Par exemple, les bouées limitant une zone totalement interdite à la navigation peuvent porter une hampe recevant un fanion triangulaire rigide rouge.

Les indications peuvent être données par des panneaux placés sur la rive et représentant un des signaux d'interdiction ou d'indication prévus à l'annexe 7, partie I, chapitres A et E. Ces panneaux peuvent, s'il y a lieu, être complétés par une flèche indiquant la direction du secteur auquel s'applique le signal (voir annexe 7, partie II, chapitre C).

3. Lorsque, à travers une zone côtière soumise à l'interdiction ou à la réglementation d'une ou plusieurs catégories de navigation ou d'activité, un chenal est ouvert où l'une de ces catégories n'est pas soumise à l'interdiction ou à la réglementation (sauf pour l'entrée d'un port où s'applique la partie II ci-dessus), les côtés de ce chenal peuvent également être balisés par des bouées jaunes. La partie supérieure des deux bouées d'entrée peut, si nécessaire, être peinte en rouge à droite, en vert à gauche pour un navigateur sortant du chenal.

Sur la rive, des panneaux prévus à l'annexe 7, E.15 à E.20, peuvent indiquer la nature de l'autorisation (par exemple le panneau « Pratique du ski nautique autorisée » pour indiquer un chenal de ski nautique à travers une zone où toute navigation ou seulement la pratique du ski nautique est interdite) ; ils peuvent être complétés par la flèche prévue à l’annexe 7, partie II, chapitre C.

Lorsque, à travers une zone ouverte à plusieurs activités, un chenal est ouvert où une seule activité est autorisée, les côtés de ce chenal peuvent être balisés comme dans le cas précédent. Un panneau sur la rive peut indiquer la nature de l'activité autorisée.

VIII. BOUÉES D’USAGES DIVERS

S'il est besoin de bouées à d'autres fins que celles précitées, ces bouées sont de couleur dominante blanche. Elles peuvent porter un pictogramme.

IX. ENTRÉE DE PORTS

1. Balisage de l'entrée

De jour :

À bâbord en entrant :   dispositif, en général de forme cylindrique, de couleur rouge, ou poteau avec voyant cylindrique rouge, ou encore rectangle rouge peint sur la jetée ;

À tribord en entrant :    dispositif, en général de forme conique, de couleur verte, ou poteau avec voyant conique vert, ou encore triangle vert pointe en haut, peint sur la jetée.

De nuit :

Éclairage éventuel des marques de jour décrites ci-dessus.

Si des feux sont utilisés :

À bâbord en entrant :   feu rouge, en général rythmé ;

À tribord en entrant :    feu vert, en général rythmé.

Dans certains cas, un seul de ces feux est utilisé.

2. Ces marques peuvent aussi être utilisées pour les entrées de voies affluentes, les entrées d'embranchements et de bassins portuaires.

Le croquis ci-après illustre les dispositions des parties VI, VII et IX.




 [1]   Dans ce cas un éclat long permet d’assurer une meilleure différenciation des rythmes.


  • No labels